Qu'est-ce que le commerce équitable ?

Consulter nos articles

Dans un monde où la recherche du profit demeure le principal objectif de toute forme d'activité, l'écart entre les pays riches, développés et industrialisés et les pays en voie de développement s'élargit de plus en plus. Les riches s'enrichissent, tandis que les pauvres s'appauvrissent. Il existe toutefois un moyen de combler ce vide : le commerce équitable.

Son histoire

Le commerce équitable est un système d'échange commercial fondé sur le principe de l'équité pour garantir une juste rémunération des producteurs des pays en développement. Garant du développement durable, cette approche suggère la possibilité d'un développement à long terme des activités agricoles des pays pauvres ainsi qu'une amélioration des conditions de vie des producteurs. Il est caractérisé sous forme d'un partenariat entre les distributeurs des pays riches et les producteurs des pays de l'Hémisphère Sud.

L'origine du commerce équitable remonte dans les années 40 aux États-Unis, lorsque des mouvements de citoyens ont initié le commerce avec les communautés pauvres des Pays du Sud. Il a connu une progression considérable durant les années 2000. En ce temps, les produits concernés étaient les produits alimentaires et artisanaux. Ses principes fondamentaux ont alors été conceptualisés en 2001 par le réseau des 4 fédérations internationales du commerce : le FINE.

Ses principes

Le commerce équitable est basé sur le principe du « gagnant gagnant » entre les différents acteurs. Il est la garantie d'une juste rémunération pour le dur labeur des producteurs et artisans, du respect des droits fondamentaux des personnes, de l'instauration de confiance et de relations durables entre les partenaires économiques et de la protection de l'environnement. D'une part, les acheteurs s'engagent à payer un « prix équitable » dans un contrat à long terme. D'autre part, les organisations de producteurs veillent au respect au droit national et local et des conventions de l'Organisation Internationale du Travail.

Ce système d'échange occasionne des opportunités pour les producteurs et favorise la transparence et la crédibilité, l'égalité des sexes, les conditions de travail, les relations de commerce, les meilleures pratiques pour la protection de l'environnement. Le commerce équitable est favorable au développement durable par le respect des valeurs sur le plan économique, social et environnemental. Il réduit la fosse entre les grandes puissances économiques mondiales et les pays en développement du Tiers-Monde.

Ses limites

Le commerce équitable fait toutefois l'objet d'une grande controverse. Le prix des produits équitables demeure le principal obstacle pour les consommateurs. En plus, ces produits font l'objet d'une « discrimination positive », en ce sens qu'ils sont mis de côté pour plus de visibilité. Malgré ce privilège, leur point de vente reste insuffisant et ils demeurent méconnus du public. Ce système d'échange commercial se rapproche plus à une action caritative à l'échelle mondiale à l'égard des producteurs et des artisans des pays en développement.

Malgré ses limites, le commerce équitable joue un rôle majeur en ce qui concerne la protection de l'environnement. Effectivement, en termes de contrat entre acheteurs et producteurs ainsi que pour la qualité, les produits sont impérativement issus d'une agriculture biologique. Les artisans, quant à eux, utilisent uniquement les matières recyclées pour leur ouvrage. En exemple, dans les pays du Golfe, la CNIM Saudi, par présidé monsieur Mohamed Ayachi Ajroudi, est un des références en recyclage.